Lancement de l'expédition Madibenthos

 
 
Lancement de l'expédition Madibenthos

Le Muséum national d’Histoire naturelle pilote, du 05 septembre au 11 octobre 2016 un inventaire de grande ampleur de la faune et de la flore marine sur les côtes martiniquaises, en partenariat avec les services de l'Etat.

La Martinique possède une flore autochtone parmi les plus riches des Petites Antilles. A elle seule, elle rassemble 80% des espèces indigènes et naturalisées de la région et fait partie des 25 hotspots de la biodiversité mondiale. Pourtant, au-delà des espèces emblématiques, la biodiversité marine de la Martinique reste méconnue : la majorité des espèces jouant un rôle fondamental dans le fonctionnement des écosystèmes sont en effet petites et rares.

A l’heure où la biodiversité et les écosystèmes marins en général sont soumis à des pressions croissantes et permanentes, marines et terrestres, les orientations stratégiques de préservation de la biodiversité et de développement durable doivent s’assoir sur un socle suffisant de connaissances et une vision globale des enjeux liés à la biodiversité.

En réponse à ce besoin, et en étroite collaboration avec un comité de pilotage regroupant les services compétents dans la gestion du milieu marin de Martinique (Agence des Aires Marines Protégées, DEALDirection de l'Environnement de l'Aménagement et du Logement, Office De l’Eau Martinique, Direction de la Mer, CTM), le Muséum national d’Histoire naturelle pilote, du 05 septembre au 11 octobre 2016 un inventaire de la faune et de la flore marine de grande ampleur sur les côtes martiniquaises.

Le Muséum mutualise sur un temps court de grands moyens logistiques et humains, et permet ainsi l’exploration massive de la faune et la flore et la découverte de nouvelles espèces.
 Les objectifs :

  •  pallier les lacunes de connaissances sur la biodiversité, composée principalement d’algues et d’invertébrés (éponges, mollusques, crustacés, échinodermes, ascidies,..)
  •  mettre à la disposition des décideurs et gestionnaires des éléments nécessaires à la préservation du milieu marin 
  •  sensibiliser le grand public à la beauté et à la richesse du patrimoine naturel marin, au travers de nombreuses actions de communication et de valorisation.

L’expédition se décline en 2 volets :
 Volet 1 : Côte Caraïbe, base installée au Fort Saint-Louis, du 05 au 21 septembre 2016 
 Volet 2 : Côte Atlantique, base installée à la Pointe de la Caravelle, du 25 septembre au 11 octobre
 
 
 L’expédition a prévu d’échantillonner la totalité des côtes de la Martinique et déploiera une panoplie originale de techniques d’échantillonnage permettant un inventaire très complet de la biodiversité : récolte en plongée, à vue, avec aspirateur sous-marin et paniers de brossage, pêche à pied, pêche par engins traînants et pose de filières de nasses en embarcation légère. Au laboratoire, les échantillons sont traités vivants dans l’heure. Des collections de référence de « nouvelle génération » seront constituées, incluant, en plus de la géolocalisation, des collections de tissus pour l’ADN et des banques de photos des animaux vivants.

 Déploiement de moyens humains et matériels conséquents

  •  60 personnes, 11 nationalités
  •  spécialistes et amateurs multitaxons
  •  1 conteneur de 40 pieds (67 m3)
  •  matériels de laboratoire et équipements de plongées
  •  laboratoire temporaire installé sur chacun des sites
  •  4 embarcations nautiques

Budget total 535 000 euros

Pour mener à bien ce projet, une demande de financement FEDERFonds européen de développement régional a été déposée par le MNHM, en partenariat avec l’Agence des Aires Marines Protégées, la DEALDirection de l'Environnement de l'Aménagement et du Logement, l’Office De l’Eau Martinique, la Direction de la Mer. La Collectivité Territoriale de Martinique, la Marine Nationale, les Plantations Saint-James, le Parc Naturel Régional de la Martinique ont aussi été sollicités pour soutenir ce projet. Des collaborations sont en cours avec le Rectorat de Martinique, le Carbet des Sciences, le Museum de la Rochelle et l’Académie de Créteil.

Source : DEAL