Algues sargasses: les réponses à vos questions

Les questions sanitaires

 
 

Index d'articles

  1. Les algues
  2. Les questions sanitaires
  3. La gestion du phénomène

5. Quel est le risque pour ma santé si je respire du H2S ?

Le H2S est un gaz toxique, mais la gravité de l’intoxication dépend de la dose respirée et de la durée d’exposition. Le risque est plus important en milieu confiné. Sur le littoral, le gaz est dilué dans l’air et les concentrations sont plus faibles.
C’est la raison pour laquelle, les autorités mettent en place des mesures de précaution et recommandent notamment aux personnes vulnérables et sensibles d’éviter l’exposition aux algues sargasses.
En parallèle, une expertise conduite par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail pour mieux connaître les effets sanitaires liés à une exposition chronique (faibles niveaux de concentrations de H2S pendant plusieurs jours) aux algues sargasses a été réalisée. Vous pouvez consulter l' avis de l’ANSES sur : https://www.anses.fr/fr/system/files/AIR2015SA0225Ra.pdf

6. Quels sont les symptômes liés à une exposition au H2S ?

Le H2S est un gaz toxique, irritant dont l’odeur caractéristique d’œuf pourri est perceptible à des niveaux très bas, environ 0.02 à 0.03 ppm. Les effets de l’H2S sur l’homme dépendent de la concentration de gaz inhalé et de la durée d’exposition.

Pour une exposition de très courte durée (exposition aigue), de l’ordre de quelques minutes à quelques heures,  les premiers symptômes décrits par la littérature scientifique sont associés à des concentrations d’H2S de 50 ppm. A ces concentrations des irritations des muqueuses oculaires ou respiratoires peuvent survenir chez l’homme avec une gravité variable selon la durée d’exposition.

Lorsque les doses augmentent, d’autres effets peuvent s’observer. Des effets neurologiques tels que troubles de la coordination, perte de l’odorat sont décrits pour des expositions à des concentrations d’H2S de l’ordre de 200 ppm. Des effets plus graves sont décrits à partir de 500 ppm, avec des décès possibles par arrêt cardiaque à des concentrations de l’ordre de 1 000 ppm (observé dans des espaces confinés tels que des égouts).

Enfin, aucune n’étude n’a  démontré des effets sur le développement et la reproduction ainsi que sur le potentiel cancérogène de l’H2S.

En ce qui concerne les expositions plus longues (exposition subchronique et chronique), de l’ordre de 14 jours à 1 an, les effets sur la santé sont moins documentés. Pour autant, les enseignements issus d’études en population générale, chez des personnes riveraines de sources géothermiques ou industrielles indiquent que les principaux symptômes associés à des concentrations d’H2S inférieures à 10ppm sont  des symptômes d’irritation respiratoire et/ou oculaires voire des maux de tête.

7. Que dois-je faire si je ressens les symptômes ?

Lorsque vous ressentez des symptômes, éloignez-vous de tout dépôt d’algues sargasses et consultez votre médecin, en lui signalant le lieu d’exposition aux algues sargasses.
Sur les chantiers d’enlèvement des algues sur le littoral, en cas d’irritation oculaire ou respiratoire, de malaise, le chantier doit être évacué immédiatement. Le responsable devra alors prévenir les pompiers ou le centre de secours le plus proche.

8. Quelles sont les concentrations de H2S rencontrées généralement sur nos plages ou près de nos habitations et quelles sont les recommandations sanitaires ?

La plupart des concentrations de H2S mesurées à proximité du littoral sont inférieures à 1 ppm.
1ppm en moyenne journalière est par ailleurs la valeur retenue par l’Etat pour déclencher la mise en action des concertations et des actions autour du phénomène.
L’odeur perceptible du H2S est détectable à des seuils inférieurs aux seuils pouvant présenter des risques pour la santé.
Toutefois, l’exposition à des concentrations modérées de H2S (à partir de 50 ppm ) peut provoquer des irritations oculaires ou respiratoires. Ce niveau de concentration n’a jamais été atteint dans le cadre des campagnes de mesures réalisées.
L’agence régionale de santé (ARSAgence Régionale de Santé) recommande les précautions suivantes :
- quitter les zones de bord de mer où les algues se sont accumulées
- éviter de manipuler les algues en décomposition
- éviter la baignade et le contact avec les masses d’algues flottantes
- pour les personnes sensibles, s’éloigner des zones où l’odeur d’H2S est perceptible
- consulter un médecin en cas de symptômes irritatifs.

9. Quelles sont les personnes sensibles et vulnérables ?

Les personnes vulnérables sont les femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, les personnes de plus de 65 ans, les personnes souffrant de pathologies cardio-vasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires, personnes asthmatiques. Sont également concernées, des personnes se reconnaissant comme sensibles lors des pics de pollution et/ou dont les symptômes apparaissent ou sont amplifiés lors des pics (par exemple: personnes diabétiques, personnes immunodéprimées, personnes souffrant d’affections neurologiques ou à risque cardiaque, respiratoire, infectieux).

10. Y-a-t-il déjà des conséquences sanitaires graves signalées pour l’homme, liées à l’exposition d’algues sargasses ?

A ce jour, il n’y a pas eu de signalement lié à un impact sanitaire grave lié à
l’exposition d’algues sargasses.

11. Où puis-je me renseigner sur les mesures de H2S et les risques sanitaires ?

Dans le cadre du suivi des mesures par Madininair avec le réseau de surveillance du H2S mis en place en continu, les concentrations en H2S sont transmises de manière journalière à l’ARSAgence Régionale de Santé et mises en ligne sur les sites Internet de l’ARSAgence Régionale de Santé et de Madininair sous la forme d’un point journalier composé d’une carte des concentrations moyennes sur 24h qui est accompagnée d’un tableau d’information et de l’interprétation sanitaire. Vous pouvez les consulter sur :
Site Internet de MADININAIR :
http://www.madininair.fr/Mesures-du-reseau-Sargasses
Site Internet de l’ARSAgence Régionale de Santé de Martinique :
http://www.ars.martinique.sante.fr/Situation-regionale-des-al gues.176365.0.html

Les informations sont également disponibles dans les mairies des communes de Martinique ainsi qu’au niveau de la Préfecture.

12. Comment ramasser les algues sargasses et quelles sont les précautions à prendre pour les personnes qui ramassent les algues sargasses ?

Afin de prévenir le risque de formation d’hydrogène sulfuré (H2S), il convient de procéder à l’enlèvement des algues sur le rivage dans les plus brefs délais après leur échouage.
Cette compétence est du ressort des maires qui sont accompagnés par l’Etat pour l’acquisition de moyens de ramassage mécanisés, la mise en place de brigade de ramassage manuel, mais aussi de conseils et d’appui technique pour la gestion des chantiers de ramassage.
Le ramassage des algues doit être effectué sous le contrôle de professionnels formés et équipés. Le port d’un détecteur de gaz tout au long des opérations de ramassage à pied est obligatoire.
Tous les travailleurs ont été informés sur les risques liés à leurs activités, les mesures de prévention et de protection à mettre en oeuvre et la conduite à tenir en cas d’incident. Les équipes de secours susceptibles d’intervenir en cas d’accident ont également été formées.
A titre de précaution, ces chantiers doivent être déconseillés aux personnes asthmatiques, à celles présentant des insuffisances respiratoires, aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 15 ans.
Les travailleurs font l’objet d’une réglementation particulière visant à les protéger en fonction de leur niveau et durée d’exposition ainsi que de leur vulnérabilité éventuelle. Ainsi, différentes mesures de contrôle de leur exposition sont mises en oeuvre en fonction du niveau et de la durée d’exposition. Les valeurs de référence utilisées pour protéger la population sont plus faibles pour tenir compte de la présence de personnes vulnérables et sensibles.

IMG_2322
Pontaléry au Robert