Les services de l'État mobilisés face aux sargasses

 
 
Les services de l'État mobilisés face aux sargasses

Devant l'arrivée massive des algues sargasses principalement sur le littoral Atlantique et Sud de la Martinique, les services de l'État sont mobilisés aux côtés des collectivités pour un soutien technique et financier.

Conformément aux réunions tenues, mercredi 18 avril 2018, au Ministère des Outre-mer, la mobilisation des services de l'État est effective. A cet effet, Franck ROBINE, Préfet de la Martinique a présidé une réunion de l'ensemble des services de l'État, vendredi 20 avril, en Préfecture afin d’identifier toutes les possibilités de renforts humains exceptionnels permettant le ramassage des algues. Chaque sous-préfet a réunit, par la suite, les maires des communes concernées pour compléter cette mobilisation.

La mobilisation de l’État, des agglomérations et des communes est entière. Le Préfet de Martinique a débloqué 500 000 € au bénéfice des collectivités pour trouver des lieux de stockage et pour leur permettre de faire appel à des entreprises de ramassage.
Une somme supplémentaire de 200 000 € sera affectée sur les fonds d’État pour aider les communes à acquérir du matériel.
Depuis 2015, ce sont au total 2,7 M€ qui ont été consacrés sur fonds d’État, de l’ADEMEagence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie et du FEDERFonds européen de développement régional pour acheter du matériel (8 tractopelles, 25 bennes, 6 camions...).

En dehors des entreprises mobilisées avec des moyens mécanisés, le Préfet a sollicité la Direction Départementale du Service Pénitentiaire d'Insertion et de Probation de la Martinique afin de définir les modalités de mise en place de travaux d’intérêts généraux contribuant au ramassage des sargasses.

S’agissant de la recherche :

M. Sébastien LECORNU, Secrétaire d’État auprès du Ministre d’État, Ministre de la transition écologique et solidaire a indiqué au Préfet de la Martinique qu’il relancerait les études pour le traitement et la revalorisation des sargasses, via l’Institut de Recherche et de Développement (IRD).

Les opérations de ramassage en cours, par l'image :