Sécurité publique

Bilan de la sécurité 2015 en Martinique

 
 
Internet - Bilan sécurité 2015

Ce jour, vendredi 12 février 2016, Fabrice RIGOULET-ROZE, préfet de la martinique, et Eric CORBAUX, procureur de la République, ont présenté le bilan de la sécurité publique et routière pour l'année 2015, en présence du commandant de la gendarmerie et du directeur départemental de la sécurité publique (police).

L'année 2015 a été difficile et il a fallu faire face à un double enjeu : répondre à la menace terroriste tout en maintenant la sécurité publique. Néanmoins, que ce soit sur le plan des vols en tous genres, de l’atteinte physique des personnes, de la sécurité routière qui peut s’apparenter à une forme d’atteinte à la personne ou encore du trafic de stupéfiant, 2015 a été une année de lutte sans relâche. Une lutte qui a porté ses fruits puisque les indicateurs de délinquance généraux sont tous à la baisse et les taux d’élucidation des infractions sont en hausse.

L’ analyse de la délinquance pour l’année 2015 en Martinique fait état :

1. de la poursuite de la baisse des atteintes volontaires à l’intégrité physique (-3,9%). C’est le chiffre le plus bas depuis 7 ans. 2 faits sur 3 sont élucidés.

2. d’une baisse continue des atteintes aux biens (- 7,79%). Ce taux départemental reste cette année encore nettement inférieur au taux national. Les cambriolages de locaux commerciaux et les dégradations de véhicules privés viennent cependant nuancer cette baisse générale.

3. d’une augmentation des escroqueries et infractions économiques et financières (7,2%). C’est son niveau le plus haut sur les 4 dernières années. L’Etat s’est fortement mobilisé en 2015 pour détecter ces infractions.

4. d'une baisse du nombre de décès sur les routes en 2015 (29 contre 32 en 2014). Néanmoins, on constate une hausse des utilisateurs de deux roues décédés sur les routes (20 sur les 29 décès).

5. de la poursuite d'importantes saisies de stupéfiants : la cocaïne reste le produit majoritairement transporté à l'international (près de 90% des saisies), tandis que le cannabis représente les ¾ des saisies opérées à terre, souvent destinées à un usage sur le marché local. Ce dernier point représente une des priorités pour 2016, soulignée par le préfet.

Retrouvez ici le dossier de presse

Vous pouvez également participer à la lutte contre la délinquance et les addictions et stupéfiants en répondant aux appels à projets FIPD et MILDECA, ici